Logo

Vous êtes ici: fmcagro.fr / Qui sommes-nous ? / Nos publications / La pression des foreurs du maïs : quelle stratégie pour 2020 ?

 

La pression des foreurs du maïs : quelle stratégie pour 2020 ? La pyrale, principale cause de perte de rendement en maïs grain et en ensilage

 

Le 9 avril 2020

Description du ravageur :

La pyrale du maïs (Ostrinia nubialis) est un insecte (ordre des lépidoptères) dont le papillon mesure environ 2 cm de long. Le mâle est marron-gris et la femelle de couleur crème. La femelle pond ses œufs sous forme d’ooplaque sur la face inférieure des feuilles les plus basses, le long de la nervure centrale.

Ce ravageur du maïs s’est fortement développé dans les principales régions de production de maïs depuis quelques années.

 


 

Biologie du ravageur :

Le cycle de la pyrale dure de 50 à 100 jours selon les conditions climatiques et la zone géographique. Après 5 à 12 jours, les œufs éclosent pour donner naissance aux chenilles qui provoqueront les dégâts sur les tiges et les épis du maïs.

 

 

Les chenilles pénètrent à la base des cannes puis remontent à l’intérieur de la tige vers les épis, pour se nourrir, au cours de leur cycle. Leur progression limite et coupe le flux de sève dans le pied de maïs, limitant ainsi l’alimentation et le remplissage des épis et du grain. Les galeries creusées par les chenilles sont également des portes d’entrées pour le développement des mycotoxines (DON, ZEA, Fumosinines, etc.).

 

 

Au dernier stade larvaire, suivant la période et la température, la chenille redescend dans la tige de maïs pour se mettre à l’abri dans le pivot et passer l’hiver (race monovoltine) ou se nymphose pour développer une 2ème génération (race bivoltine).

La chenille de pyrale va passer l’hiver, au dernier stade larvaire, à l’abri dans les cannes de maïs non broyées (laissées en place après la récolte). Ainsi protégée, la chenille peut résister à des températures jusqu’à -25°C.

 

 

Au printemps, avec la remontée des températures, la chenille reprend son cycle. Elle se nymphose dans les cannes de maïs et de nouveaux papillons émergent, s’accouplent et vont pondre sur les cultures de maïs avoisinantes.

Le potentiel d’infestation est important car une femelle de pyrale pond jusqu’à 500 œufs ; ainsi, 1 chenille hivernante femelle dans 100 pieds de maïs à l’automne, peut engendrer 60 larves viables dans le maïs semé au printemps.

 


 

La sésamie, un autre foreur du maïs qui remonte vers le Nord

Historiquement présente dans le sud de la France, la sésamie émerge plus précocement dans l’année et peut générer des dégâts plus conséquents que la pyrale, notamment sur les jeunes pieds de maïs.

Description et cycle de la sésamie :

 

 

Le papillon trapu de 20 mm possède des ailes antérieures brunes et postérieures blanches. La larve, 40 mm à complet développement, est rose pâle avec présence de points noirs caractéristiques de chaque côté. Elle passe par 7 stades larvaires et hiverne dans le collet du maïs. Les chenilles hivernantes se nymphosent au printemps (mi-avril).

 

 

Les papillons émergent mi-mai à fin juin et vont pondre dans le cornet des premières feuilles de maïs. Les larves issues du vol de 1ère génération pénètrent à la base de la tige des maïs les plus développés. Le deuxième vol débute mi–juillet et dure jusqu’à début septembre.

Le taux de multiplication entre la 1ère et la 2ème génération est élevé car une femelle pond de 200 à 300 œufs. Les larves de 2ème génération pénètrent dans les tiges et au niveau du pédoncule et de l’épi. On les repère par la présence de galerie et de sciure. Cependant, une forte proportion de larves demeure en bas de tige.
Un 3ème vol peut être observé certaines années.

 


 

Suivi des populations et des vols des foreurs

La prospection larvaire en sortie d’hiver nous a permis de confirmer la présence de sésamies en Bretagne en 2019.

Le réseau de piégeages (lumineux et par phéromones), Evalio® AgroSystems, mis en place chaque année par FMC, couplé au suivi des populations larvaires hivernantes, permet de suivre la dynamique d’émergence des vols de ces ravageurs, afin d’évaluer au mieux le risque.

 


 

Moyens de lutte

Le broyage fin et au ras du sol, ainsi que le labour, constituent deux leviers agronomiques intéressants à mettre en place pour diminuer le risque foreurs sur maïs.

Il existe différents moyens de lutte en végétation contre les foreurs du maïs soit biologiques en utilisant des trichogrammes uniquement sur Pyrales ou chimique en utilisant des insecticides ovo-larvicides efficaces contre les 2 ravageurs. L’ensemble de ces solutions doivent se positionner avant l’observation des 1ers dégâts du ravageur.

Lorsque les 1ers dégâts sont visibles sur les maïs, il est souvent trop tard pour agir. Il est donc primordial de prévoir la protection de ces maïs suffisamment tôt.

 

 


 

Comparaison larves de pyrale et de sésamie

Parmi les différentes solutions pour le contrôle des foreurs, Coragen® Insecticide composé de RynaXypyr®, possède un mode d’action unique assurant une efficacité à tous les stades de développement du ravageur (œufs, néonates, larves et adultes). Ce mode d’action myobloquant spécifique, permet de contrôler les ravageurs principalement par ingestion, sans impacter la faune auxiliaire du maïs.

Des essais menés depuis plusieurs années montrent que les maïs protégés avec Coragen® Insecticide assurent une diminution de 80% du nombre de larves et de galeries dans les tiges et une préservation de rendement de 1,5 Tonne de MS/ha pour le maïs ensilage (19 sites, 2014 à 2019) et de 6,7 qtx/ha en maïs grains (60 sites, 2012 à 2019).

Des études complémentaires menées en Bretagne et Normandie ont mis en évidence un bénéfice de la protection Coragen® Insecticide sur la réduction de la teneur en mycotoxines des maïs ainsi que sur les UFL des maïs ensilage.

 

 


 

L'année 2020, une situation à risque !

La saison 2019, particulièrement sèche et chaude a limité le piégeage des principaux foreurs mais les dégâts ont été encore bien présents à la récolte (même si la pression a été plus faible). Les attaques combinées aux fortes chaleurs ont limitées l’alimentation de la plante et des épis, entrainant de nouveau un impact sur le potentiel de rendement.

Les conditions de récolte de maïs et de semis des céréales n’ont pas permis le broyage des cannes de maïs cette année dans de nombreux endroits. Cette situation, combinée à un hiver très doux, a favorisé la survie des larves de foreurs augmentant ainsi le potentiel d’infestation pour la culture du maïs en 2020.

 

Patrick BERGOUGNOUX - Chef de produits Insecticide

 


Coragen® : Suspension concentrée [SC] contenant 200 g/L (18,4 % p/p) de chlorantraniliprole(1). A.M.M. Provisoire n° 2100121. Avant toute utilisation, assurez-vous que celle-ci est indispensable. Privilégiez chaque fois que possible les méthodes alternatives et les produits présentant le risque le plus faible pour la santé humaine et animale et pour l’environnement, conformément aux principes de la protection intégrée. Consultez http://agriculture.gouv.fr/ecophyto. Pour les usages autorisés, doses, conditions et précautions d’emploi, restrictions et contre-indications, se référer à l’étiquette du produit et/ou www.phytodata.com. (1) Matière active de Rynaxypyr®. Coragen® et Rynaxypyr® sont des marques déposées de FMC Corporation et ses filiales. Homologué et distribué par Cheminova Agro France SAS - 11 bis, Quai Perrache - F-69002 Lyon - Tél. +33 (0)4.37.23.65.70 - RCS Lyon B 352 320 279 - www.fmcagro.fr. Lire attentivement l’étiquette avant toute utilisation.


Attention - H410 : Très toxique pour les organismes aquatiques, entraîne des effets néfastes à long terme. EUH208 : Contient de la benzisothizolinone. Peut produire une réaction allergique. SPe8 avec mention ‘Emploi autorisé durant la floraison et en période d’exsudats’ en dehors de la présence d’abeilles pour les usages indiqués sur l’étiquette.

 

 

Siège social de FMC en France

11 bis quai Perrache 69002 Lyon  I  +33 (0)4 37 23 65 70

 mentions légales